Burkina : Le FPDCT fait le tour du Faso

Le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) s’est donné 14 jours pour parcourir les collectivités territoriales du Burkina. L’objectif de cette tournée organisée en caravane de presse est de constater l’état des investissements du fonds et recueillir les difficultés des collectivités. Le top départ de ladite caravane est intervenue ce vendredi 26 juillet 2019 à Ouagadougou.

Après une décennie d’existence, le FPDCT veut constater de visu les réalisations faites avec ses investissements. Pour ce faire, une équipe de journalistes a mis le cap sur les différentes collectivités qui ont bénéficié  des 100 milliards de francs CFA du fonds. « La caravane est une des cinq activités retenues pour commémorer la décennie d’existence du fonds. L’objectif c’est de permettre aux professionnels des médias de constater ce que nous avons pu réaliser », a indiqué, le directeur général du FPDCT, Bruno Dipama.

La première étape de la tournée a pris en compte la région du Sud-Ouest et celle des Cascades. A ces étapes, des réalisations comme la maternité de Orunka, le CSPS de Zambo ou encore le lycée municipal de Sidéradougou ont connu la visite de la délégation du FPDCT. Des réalisations faites avec l’appui financier du fonds à hauteur de 8 milliards environ. Un investissement qui ne passe pas inaperçu du côté des autorités locales même si des défis restent à relever.

L’équipe de la caravane de presse en visite sur le site des boutiques de rue à Ouo dans la région des Cascades

« Le fonds intervient dans la commune de Gaoua depuis 2011. A travers le FPDCT, il y a beaucoup de choses qui ont été réalisées.  Nous avons au total réalisé 56 boutiques de rue et ces infrastructures marchandes permettent à la commune de pouvoir collecter mensuellement environ 10 millions », a souligné le maire de la commune de Gaoua, Fiacre Kambou. A première vue, les difficultés sont moindres à ce niveau par rapport à d’autres zones.

La commune de Sidéradougou elle milite pour relever d’énormes défis qui se posent. Dans cette commune, le FPDCT a financé la construction d’un lycée municipal mais des difficultés subsistent encore. « Nous sommes satisfaits mais le lycée grandit et on a besoin de salles. Nous avons aussi un besoin d’électrification et il y a la question de l’eau également »,a soulevé le proviseur du Lycée, Arsène Bicaba. Il dit demander la construction de quatre salles de classe.

La délégation du FPDCT en discussion avec le proviseur du Lycée municipal de Sidéradougou

Il faut noter également que le fonds entend joindre l’utile à l’agréable pendant cette caravane de presse. A cet effet une escale a été faite au niveau de la grotte militaire du Sud-Ouest, un site touristique de la localité. Et pour situer le contexte de cette halte, le directeur général du fonds a rappelé l’importance de la culture dans les processus de développement.

« Aucun modèle de développement ne peut prospérer si celui-ci ne s’ancre dans le substrat socio-culturel. Et la culture est ce qui nous permet de nous identifier et de nous ressourcer », a-t-il justifié.

 

Basile SAMA

Burkina 24